La Molène

Nom latin : Verbascum thapsus

Noms communs : Bouillon-blanc, Cierge-de-Notre-Dame, Herbe à bonhomme, Blanc-de-mai, Oreille de loup, Tabac du diable

Famille

Scrofulariacées

Description

Bisannuelle d’une hauteur de 0,80 à 2 m de haut sa racine est pivotante et blanchâtre. La tige unique, forte, droite et velue porte des feuilles allongées et très velues, de plus en plus petites vers le haut de la plante. Elles sont d’un vert argenté et les feuilles du haut forment une sorte d’entonnoir qui canalise l’eau vers la base du plant.  La tige se termine par un épi de fleurs jaune vif qui s’ouvrent le matin et ne durent qu’une journée. Floraison de juin à septembre la deuxième année. La plante fait d’innombrables petites gaines brunes qui se ressèment pour donner en première année une rosette de feuilles velues.

Parties utilisées

Feuilles. Fleurs de juin à septembre.

Origine, histoire

La molène serait originaire de l’Europe et du Moyen-Orient et on la retrouve un peu partout dans les champs, au bord des routes et dans les lieux incultes.  Elle est arrivée au Québec au début du 19e siècle et elle s’y est très bien adaptée. On trouve aujourd’hui plus de 300 espèces de molène.

Usages traditionnels

En herboristerie traditionnelle, la molène est utilisée pour soigner les rhumes, les fièvres, l’asthme, les diarrhées, les saignements gastro-intestinaux, les migraines, la goutte, les rhumatismes. La racine a été beaucoup utilisée en cataplasme par les Amérindiens pour soigner les plaies, les blessures, les tumeurs, les ecchymoses et les laryngites diphtériques. Les Amérindiens fabriquaient un collier avec la racine que portaient les bébés lors de poussées dentaires. Ils employaient les feuilles et la tige pour soigner les bronchites. Ils fumaient les feuilles pour soigner la tuberculose, la toux, l’asthme, les crises nerveuses, le hoquet, les épisodes de fièvre de malaria et pour se protéger des sorciers maléfiques.

Utilisations

On utilise les feuilles en tisane (1 c. à thé par tasse, 1 à 4 fois par jour) ou en teinture (10 à 25 gouttes, 1 à 3 fois par jour).

On utilise l’huile de fleurs de molène sur le site à traiter. On peut l’appliquer plusieurs fois par jour.

Culture, récolte et préservation

Semer à l’extérieur à la fin de l’automne ou très tôt au printemps en semis intérieur. La stratification est recommandée (bien humidifier la semence dans une caissette de terreau que vous emballer dans un sac plastique. Placer le tout au congélateur 2 à 3 semaines pour imiter un cycle hivernal). Préfère un endroit ensoleillé, un sol profond, pauvre, un peu sablonneux. Préfère un sol bien drainé sinon elle moisit, surtout la première année. Les fleurs se récoltent tous les jours la deuxième année et ensuite à l’automne on peut récolter les racines.

On cueillera les fleurs pour faire une huile après au moins quatre jours de temps sec, sans pluie. Les feuilles seront récoltées au printemps avant le développement de la hampe florale.

Utilités et propriétés

Médicinales : Plante pectorale, expectorante, émolliente, anti-inflammatoire, calmante, cicatrisante, astringente, anti diarrhéique, nutritive, vulnéraire, antiseptique, anti catarrhale, analgésique, antispasmodique, diurétique.

  • La feuille de molène est une des plantes de base pour tous les problèmes respiratoires – elle aide lors de bronchite, laryngite, rhume, grippe, inflammation des voies respiratoires, toux, coqueluche, présence de mucus, asthme, pneumonie, emphysème. Elle tonifie les membranes des muqueuses, réduit l’inflammation et les sécrétions sans assécher les muqueuses. Elle stimule la circulation locale des poumons, dilate les alvéoles et facilite l’expectoration.
  • La molène est également très indiquée dans les cas d’irritation ou d’inflammation du système digestif grâce à son effet astringent. Elle sera utile lors de diarrhée chronique, transit intestinal douloureux, colique.
  • En externe, l’huile de molène (macération de fleurs dans l’huile) est un excellent anti-inflammatoire et analgésique utile contre toutes sortes de névralgies : eczéma de l’oreille, zona et appliquée dans, et autour, de l’oreille, elle soulagera les douleurs lors d’otites. Elle sera aussi utile lors d’entorse, ecchymose et sciatalgies.
  • Pour les foulures, les entorses et l’arthrite, Marie Provost suggère d’utiliser une infusion de 2 c. à soupe de feuille de molène dans 2 tasses de vinaigre de cidre bouillant auxquelles on ajoute 5 gouttes de teinture de lobélie et 10 gouttes de teinture de cayenne. Appliquer sur le site en utilisant une compresse.
  • Ajouter à l’huile de molène 1 ou 2 gousses d’ail séchées que l’on fait macérer pendant 15 jours. Cette huile molène et ail sera utiles pour les otites, les infections purulentes de l’oreille ou l’eczéma de l’oreille.

Cosmétiques : Une infusion de fleurs appliquée en rince après le shampooing donne des reflets dorés aux cheveux.

Précautions, interactions ou  complémentarités

Attention de bien filtrer la tisane de feuilles, car les nombreux petits poils qui s’y retrouvent peuvent irriter la gorge.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *