La peau – une porte d’entrée extraordinaire

La peau est une porte d’entrée extraordinaire pour les soins topiques qui sont des thérapeutiques douces qui agissent à l’endroit où ils sont appliqués. Voyons ensemble les fondements de base de l’exécution des soins topiques, mais avant tout faisons un survol des particularités de cet organe merveilleux qu’est la peau.

Saviez-vous que la peau :

Occupe une superficie de 1,5 et 2 m2

Un poids de 4 kg (soit 7 % de la masse corporelle totale)

Une épaisseur entre 1,4 et 4 mm

Contient environ 5 % du volume sanguin total du corps

Et que par centimètre carré de peau, on trouve :

  • 70 cm de vaisseaux sanguins
  • 55 cm de fibres nerveuses
  • 100 glandes sudoripares et 15 glandes sébacées
  • 230 récepteurs sensoriels
  • Un demi-million de cellules qui se renouvellent

Et que nous perdons en moyenne 18 kg de pellicules (cellules mortes) au cours d’une vie… 18 kg c’est presque 40 livres ! Impressionnant !

Ce mince revêtement que forme la peau protège l’organisme du monde extérieur en plus d’effectuer plusieurs tâches essentielles de :

  • Protection en tant que barrière physique contre :
    • Les frottements et les agressions extérieurs
    • Les invasions bactériennes
    • La déshydratation
    • Les rayons ultra-violets
    • L’infiltration d’eau
  • Protection en tant que barrière chimique formée par les sécrétions de la peau, et qui recouvre celle-ci d’un film de liquide acide retardant la multiplication des bactéries.
  • Protection en tant que barrière biologique grâce à des cellules spécialisées qui joue un rôle de soutien immunitaire.
  • Maintien de la température corporelle à 37˚C.
    • Si la température externe augmente = sudation.
    • Si la température externe diminue = frisson.
  • Perception des stimuli. La peau contient plusieurs terminaisons nerveuses réceptrices de stimuli liés à la température (chaud, froid), au toucher et à la douleur.
  • Excrétion et sécrétion. La transpiration excrète de petites quantités d’eau, de sel de chlorure de sodium, d’urée, d’acide urique et d‘ammoniaque.
  • Synthèse de la vitamine D qui stimule l’absorption du calcium et du phosphore alimentaire.
  • Réserve de graisse qui maintient la température corporelle.
  • Immunité par certaines cellules de l’épiderme jouant un rôle de soutien de l’immunité.

Ainsi, la peau présente un double intérêt – premièrement, celle-ci est un tissu embryonnaire tout comme la muqueuse des poumons et des intestins. Donc, les soins topiques nous donnent la possibilité d’appliquer un soin par plusieurs portes d’entrée. Pour la peau ; les cataplasmes, onguents, compresses, enveloppements, bains et lavages seront pratiqués. Pour les poumons ; les inhalations seront utilisées tandis que pour les intestins, nous ferons appel aux suppositoires et instillations.

Deuxièmement, la peau est un émonctoire merveilleux que l’on peut observer directement. C’est une soupape de sécurité qui a toutes les fonctions épuratoires des autres émonctoires. Si les émonctoires du corps (reins, foie, poumons, intestins) font défaut, ce sera souvent la peau qui compensera pour ces pertes fonctionnelles. Ainsi, les glandes sudoripares agissent à la manière de petits reins sécrétant la sueur, substance proche de l’urine, et éliminant l’acidité. Les glandes sébacées agissent comme de petits poumons en éliminant les colles et les mucosités. Elles vont aussi compenser pour le foie. La couche basale ondulée (une des couches de l’épiderme) compense pour l’intestin, le côlon et le foie.

En ce sens, la peau et les muqueuses sont des portes d’entrée d’un grand intérêt possédant une perméabilité sélective. L’absorption se produit de façon passive, par simple diffusion à travers l’épiderme et le derme. Les molécules thérapeutiques sont absorbées par les petits capillaires sanguins pour ensuite voyager à travers l’organisme via le sang.

Préparations et usages pour les soins topiques

Les soins topiques comportent leurs usages propres. Les cataplasmes, compresses, enveloppements, inhalations, lavages, bains, pommades et onguents sont autant de techniques efficaces selon le cas à traiter.

Les CATAPLASMES sont faits à base de plantes, de légumes, de fruits ou de céréales et se classent en cinq catégories selon leurs effets thérapeutiques :

  1. L’émollient qui adoucit (graine de lin, pomme de terre, mauve) et qui prévient l’inflammation et accélère la suppuration.
  2. Le sinapisme qui est un cataplasme très chaud (mouche de moutarde) et qui joue un rôle de décongestionnant et révulsif.
  3. Le calmant qui est antispasmodique (son et lierre grimpant, camomille).
  4. Le décongestionnant qui permet de dégager un tissu ou un organe (argile, huile de ricin, graine de lin).
  5. Le cicatrisant qui active la guérison des plaies (chou, argile).

Les COMPRESSE peuvent être chaude ou froide selon l’effet recherché.

  • Chaude, elle favorisera un mouvement de résorption (ou les principes actifs des plantes utilisées et la chaleur est absorbé par le corps) ;
  • Froide, elle sera utile pour tout ce qui cause de l’inflammation (ou la chaleur du corps sera absorber par la compresse).

Pour réaliser une compresse, il suffit de tremper un morceau de tissu propre dans une infusion, une décoction ou une macération de plante. Une fois légèrement essorer l’appliquée sur le site et enveloppé d’un autre tissu sec pour la maintenir en place. Il est aussi possible d’envelopper la compresse d’un film plastique pour garder l’humidité et éviter de tâcher les vêtements.

Aussi, il est possible de changer la compresse en rotation continu. Cette technique est particulièrement utile pour décongestionner au niveau musculaire ou lors de fièvre. Pour ce faire, une fois le tissu trempé et essorer, appliquer une première compresse sur la partie à traiter quelques secondes. Déposer une deuxième compresse essorer sur le première et retourner les deux tissus ensembles pour que la deuxième soit maintenant en contact avec la peau. Reprendre la première pour la mouiller dans le mélange de plante, l’essorer et refaite le même geste. Faire cette exercice le temps que l’infusion, décoction ou macération refroidisse (ou réchauffe selon le cas).

L’eau seule, chaude ou froide, peut aussi être utilisée. On parle alors d’un ENVELOPPEMENT.

L’INHALATION d’une infusion ou d’une décoction de plante consiste à respirer les vapeurs que dégage une plante au contact de l’eau bouillante. Celle-ci travaillera surtout sur le système respiratoire.

Les LAVAGES qui consistent à faire couler une liquide sur une partie du corps et les BAINS où une partie du corps est immergée dans un liquide pour un certain temps seront réalisés soit avec des infusions ou décoctions de plantes ou encore avec de l’eau chaude ou froide.

Les POMMADES et ONGUENTS seront pour leurs part réalisés à partir de macération de plantes dans un corps gras additionné de cire d’abeille ou d’un corps gras animal.

Une règle biologique fondamentale nous dit que « De faibles stimulations excitent les forces vitales et d’autodéfense de l’organisme ; des stimulations fortes les entravent et encore plus fortes les suppriment. » Les soins topiques seront donc des outils à privilégier dans une multitude de circonstance. De plus, il ne faudrait pas minimiser le côté très psychologique des soins topiques. Quelle merveille de voir ses parents faire un cataplasme d’argile pour soulager une fièvre. De se faire dorloter et encourager dans une démarche qui se veut toute simple, mais pleine d’amour. Quel bel héritage laissons-nous ainsi à nos enfants qui reproduiront nos gestes dans le futur, et se souviendront comment faire pour apaiser tous les petits maux du quotidien.

RECOMMANDATIONS : Pour les bébés, il est préférable de mettre un papier de soie sur la peau avant l’application d’un cataplasme. La peau sensible sera enduite d’huile d’olive préalablement.

ATTENTION : IL EST DÉCONSEILLÉ D’APPLIQUER DE LA CHALEUR SUR LE BAS VENTRE LORS DE DOULEURS SUSPECTES OU EN-CAS D’APPENDICITE.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *