Le Chardon Marie

Nom latin : Silybum marianum

Nom commun : Artichaud sauvage, Chardon de Notre-Dame, Chardon argenté, Épine blanche

Famille

Astéracées

Description

Une plante annuelle au Québec qui peut atteindre 1 à 1,8 mètre de haut. La tige est droite et ramifiée vers le haut. Les feuilles alternes, allant du vert pâle au vert foncé, sont sillonnées de taches blanches et leurs lobes sont bordés d’épines. Soutenues par un capitule épineux et sphérique, les fleurs sont d’un beau violet clair. Le fruit est un akène brun très foncé et possède une aigrette de soie soudée en anneau à la base.

Parties utilisées

Le fruit.

Origine, histoire

Originaire de l’Asie Mineure et du sud de l’Europe, mais déjà présente dans le nord de l’Europe au 16e siècle. Le chardon Marie s’est naturalisé au Québec et en Amérique vers la fin du 19e siècle, avec l’arrivée des colons. Le chardon Marie est utilisé depuis plus de 2000 ans pour traiter les affections du foie. La légende raconte que les veines blanches qui marquent les feuilles sont les taches que fit le lait de la Vierge Marie en tombant sur des plants de chardon Marie, lorsqu’elle déroba l’Enfant Jésus aux persécutions d’Hérode.

Usages traditionnels

Le chardon Marie a toujours été une plante très populaire dans les potagers, autant comme plante médicinale que comme légume. Employé dans la cuisine depuis le début du 19e siècle, on mangeait les feuilles en salade, les tiges comme des asperges et les racines comme des salsifis. Les fleurs se mangent comme des artichauts et on peut même préparer un breuvage chaud avec les graines rôties. Le chardon Marie est une plante dont l’action est concentrée sur la protection du foie qu’il doit à des flavanolignanes. Elle permet de protéger le foie contre les agents intoxicants, les poisons et est particulièrement efficace en cas d’empoisonnements dus aux champignons non comestibles.

Culture, récolte et préservation

On sème à l’intérieur à la mi-avril ou en pleine terre quand tout risque de gel est passé, ou à l’automne. Le chardon Marie préfère un sol fertile et bien désherbé. Selon les régions, on récolte les graines de juillet à septembre, à la main et avec des gants très épais ou en cuir. Les graines se détacheront plus facilement des capitules si on les met au séchoir quelques jours.  Transformez-les rapidement en teinture ou conservez-les dans un sac de papier à l’abri de la lumière et de l’humidité.

Utilités et propriétés

Médicinales : Plante antioxydante, hépatoprotecteur, cholestérolytique et cholagogue.

  • Le chardon Marie arrête les processus de dégénérescence du foie et a une activité antioxydante. Le chardon Marie peut augmenter de 35 à 50 % les niveaux de glutathion. Que ce soit une mauvaise alimentation, une intoxication ou un empoisonnement alimentaire, des excès d’alcool, hépatite, cirrhose, chimiothérapie, jaunisse, rayons X, pollution générale, intoxication chimique ou prise de médicaments hépatotoxiques, le chardon Marie est un allié incontestablement efficace. Le chardon Marie change la perméabilité des cellules hépatiques et de ce fait réduit l’entrée de certaines toxines.
  • On emploie le chardon Marie pour reconstruire le foie des alcooliques et des toxicomanes ou lorsqu’il y a eu prise de médicaments à long terme.
  • Des recherches plus récentes suggèrent que le silymarine pourrait être tout aussi important pour la santé des reins. Il aiderait à réparer et à régénérer les cellules rénales, en augmentant la synthèse de protéines et d’acide nucléique.
  • Parce que des problèmes de foie peuvent contribuer à plusieurs problèmes de santé, le chardon Marie sera d’une grande utilité, seule ou combiné à des plantes plus spécifiques lors de migraines, constipation chronique, surplus d’œstrogènes, allergies et psoriasis.
  • Par vasoconstriction périphérique et stimulation cardiaque, il corrige l’hypotension.
  • Moïra O’Reilly souligne que combiné au gingembre, le chardon Marie est excellent contre toutes nausées et maux de transport. Prendre 5 à 7 gouttes de teinture de chacune une heure avant le départ et au besoin durant le trajet. Elle suggère aussi un mélange de teinture (10 gouttes de chardon Marie, 7 gouttes d’écorce de saule, 5 gouttes de gingembre et 3 gouttes de cayenne) pour les lendemains de vieille à prendre aux heures pendant 3 ou 4 heures.

Culinaires : Les jeunes feuilles cuites, les racines et les capitules sont utilisés en cuisine. Les usages culinaires sont identiques à ceux de l’artichaut. Les capitules cuits sont connus sous le nom d’artichaut sauvage.

Utilisations

Le silymarine n’étant pas très soluble à l’eau, on utilise la graine surtout en teinture. Parce que sa solubilité dans le solvant et son absorption métabolique sont faibles, il faut utiliser de grandes doses : 30 à 60 gouttes, 1 ou 2 fois par jour.

Le chardon Marie peut être pris en cure ponctuelle ou à long terme sur une période de neuf mois.

Précautions, interactions ou  complémentarités

En usage concomitant, il protège des effets hépatotoxiques et nocifs de certains médicaments tels que l’acétaminophène, les médicaments pour abaisser le taux de cholestérol, contre l’acné, les antidépresseurs, pendant une chimiothérapie, une anesthésie générale ou lors de contact avec les produits chimiques.

Le chardon Marie augmente la sécrétion de la bile, il est donc normal d’avoir des selles plus molles.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *