Le curcuma

Saviez-vous que le curcuma, cette épice originaire du sud-est de l’Asie, est à l’origine du papier utilisé pour mesurer le pH des liquides ? En effet, c’est en 1870 que des chimistes ont découvert que la poudre de curcuma changeait de couleur au contact de substances alcalines – son orange vif devenait brun rougeâtre. Le papier de curcuma consistait donc en de minces bandes de papier-tissu que l’on enduisait d’une décoction de poudre de curcuma avant de les faire sécher. Ce papier fut utilisé dans les laboratoires jusqu’à la fin du 19e siècle.

Famille

Zingibéracées

Origine et histoire

Probablement originaire d’Indonésie et de Malaisie, le curcuma (Curcuma longa) s’apparente au gingembre. Son emploi en Inde date de 4000 ans et les Chinois et les Arabes l’utilisent depuis longtemps. En Occident, en dehors de ses usages médicinaux et tinctoriaux, son emploi n’a jamais été très répandu.

Parties utilisées

C’est le rhizome secondaire qui est séché et mis en poudre et utilisé comme épice dans la cuisine. Il est possible d’utiliser le curcuma en capsule (de 2 à 6 capsules de 300 mg par jour), mais son action est moins efficace. En externe une huile de curcuma est analgésique, utile contre les douleurs articulaires et musculaires, mais elle tache peau et vêtements.

Utilisations médicinales

Malgré le fait que le curcuma soit une épice consommée en plus petite quantité, sa puissance en tant qu’antioxydant ne doit pas être passée sous silence. Son principal composé antioxydant est la curcumine. Au moment de l’ingestion de curcuma, seulement une faible proportion de la curcumine est absorbée dans l’organisme. Par contre, la consommation simultanée de poivre noir augmente grandement la biodisponibilité de la curcumine. Ainsi, l’ajout de poivre noir à un mets contenant du curcuma est une façon simple d’accroître le potentiel thérapeutique de la curcumine. Aussi, parce que la curcumine est liposoluble, une autre façon de consommer quotidiennement le curcuma serait d’en ajouter une cuillérée à thé à une bouchée de yogourt qui pourrait aussi être poivré pour en améliorer d’autant plus son assimilation.

  • L’ingestion de 3 g (1 c. à thé) de curcuma quotidiennement aurait un effet protecteur contre le cancer gastro-intestinal et colorectal. Le curcuma inhibe la sécrétion d’acide gastrique en excès lors d’ulcère d’estomac.
  • Le curcuma aurait démontré son efficacité dans la diminution du cholestérol total ainsi que du mauvais cholestérol (LDL), ainsi que son effet protecteur contre les maladies reliées au stress oxydatif (maladies cardio-vasculaires, maladie d’Alzheimer)
  • Des études épidémiologiques ont démontré que la prévalence de la maladie d’Alzheimer était plus faible dans les populations de l’Inde ou la consommation de curcuma quotidienne se situe en moyenne à 2 g.
  • Tout comme les anti-inflammatoires de synthèse, le curcuma pourrait inhiber les enzymes qui participent à la synthèse des substances inflammatoires (COX-2).
  • Le curcuma a des effets hépatoprotecteurs (augmente le niveau de glutathion), stimule le foie et la vésicule biliaire à produire et excréter une quantité accrue de bile et augmente la production d’enzymes pancréatiques.

Précautions et interactions

Certains composés contenus dans le curcuma possèdent un effet antiplaquettaire. Ainsi, une consommation élevée de curcuma associée à la prise d’anticoagulant se doit d’être supervisé.

Éviter les dosages thérapeutiques pendant la grossesse et l’allaitement.

Utilisations culinaires

En Inde, on l’emploie dans le riz, les pommes de terre, les lentilles et les légumes, et il entre dans la composition de pratiquement tous les plats de curry ainsi que dans les chutneys. On en mettra également dans les marinades de concombre, avec des feuilles et des graines d’aneth.

Avant de l’incorporer à la sauce ou au mets, la poudre de curry doit être chauffée dans un corps gras, afin de bien faire ressortir son arôme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *