Le Millepertuis

Nom latin : Hypericum perforatum

Noms commun : Herbe aux mille trous, Herbe percée, Herbe aux piqûres, Chasse-diable, Herbe de Saint-Jean

Famille

Hypericacées

Description

Plante vivace et rustique, entre 20 et 80 cm de haut. Ces racines sont rampantes, sa tige est raide et dressée, ces feuilles sont vert clair, opposées deux à deux et ces fleurs, jaune vif, sont disposées en corymbe et sont un peu collantes lorsque pincées entre les doigts dus à leur contenu élevé en huile qui est d’un beau rouge clair. La floraison s’étale de juin à septembre. La plante produit de nombreuses petites graines noires.

Parties utilisées

On utilise les boutons floraux, les fleurs et les sommités fleuries.

Origine, histoire

Plante originaire de l’Europe et de l’Afrique du Nord, le millepertuis s’est répandu en Amérique du Nord, en Australie et en Nouvelle-Zélande.

Usages traditionnels

Employé par les Grecs de l’Antiquité, le millepertuis avait la réputation de soigner les troubles de la peau, d’aider la cicatrisation et de chasser les démons. Officiel depuis plusieurs siècles, en France, en Allemagne, en Pologne, en Roumanie, en Slovaquie et en Russie, il est encore sur la liste des plantes reconnues pour son action médicinale, en usage interne comme sédatif et tonique nerveux (principalement pour lutter contre la dépression), et en usage externe comme vulnéraire, anti-inflammatoire et cicatrisant.

Culture, récolte et préservation

Le millepertuis pousse à l’état sauvage ou peut être cultivé. C’est une plante rustique qui demande à être divisée si elle est cultivée la troisième année sinon la floraison sera beaucoup moins abondante. Le millepertuis peut tolérer un sol pauvre ou sablonneux, et un endroit ensoleillé ou partiellement ombragé. On peut le transplanter par division à l’automne ou encore il peut être parti en graine. On récolte les sommités fleuries ou les fleurs en début de floraison avant la pollinisation. La concentration d’huile est plus élevée le matin et dans les boutons floraux. On cueillera les fleurs pour faire une huile après au moins quatre jours de temps sec, sans pluie. Utiliser les fleurs fraîches pour faire une huile ou faire sécher au séchoir à un peu moins de 35ºC ou encore en bouquet qu’on suspend à l’envers, à l’abri de la lumière et de l’humidité.

Utilités et propriétés

Médicinales : Plante antidépresseur et tonique nerveux, le millepertuis agit en interne pour remonter la santé nerveuse et traiter les symptômes associés à la dépression.

  • Plusieurs études ont démontré l’efficacité du millepertuis pour combattre les dépressions légères, modérées et saisonnières. Il serait même aussi efficace que certains antidépresseurs de synthèses, mais sans les effets secondaires, pour lutter contre les petites dépressions et les blues. De plus, il réduit l’anxiété, les angoisses, l’irritabilité et les tensions.
  • Le millepertuis soulage les maux de tête et les problèmes de l’humeur liés au syndrome prémenstruel ou à la préménopause.
  • Le millepertuis est un antispasmodique hors pair en externe. L’huile, en externe, soulage la douleur et soigne les névralgies. Elle est donc de mise lors de sciatique, torticolis, zona, herpès, courbature, rhumatisme, lumbago, crampes ou coliques, et infections bactériennes.
  • L’huile de millepertuis est excellente pour la peau : en premiers soins lors de brûlures mineures, coups de soleil, entorse, foulure, ecchymose, névralgie et rhumatisme. Elle aura un effet antiseptique et hâtera la cicatrisation des plaies, éraflures ou coupures.

Utilisations

On utilise les boutons floraux, les fleurs et les sommités fleuries en teinture ou en tisane, bien que la tisane à partir de la plante séchée soit moins efficace parce que l’hypéricine, un des principaux constituants, est perdu au séchage. La dose de traitement : prendre 5 à 15 gouttes, 1 à 3 fois par jour pour une période de 6 à 12 semaines. Il faut parfois attendre 10 à 14 jours pour voir apparaître ses effets. On utilise l’huile de millepertuis (macération de fleurs ou encore mieux de boutons floraux) en externe.

Précautions, interactions ou complémentarités

Le millepertuis est déconseillé durant la grossesse à cause de son effet emménagogue et abortif, ainsi que pendant l’allaitement parce qu’il peut provoquer coliques et léthargie chez le nourrisson.

La combinaison d’antidépresseur du type MAO et du millepertuis peut perturber la tension artérielle. Attendre au moins 14 jours après l’arrêt de la prise du médicament avant de prendre le millepertuis.

Ne pas consommer de millepertuis avec la cyclosporine (un médicament antirejet), la théophylline (contre l’asthme) ou lors de chimiothérapie.

Photo sensibilisante à cause de sa teneur en hypéricine, l’huile de millepertuis ne sera pas appliquée sur la peau avant une exposition au soleil.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *