L’Échinacée

Nom latin : Echinacea purpura et E. augustifolia

Famille

Rosacées

Description

Vivace. L’échinacée purpura peut atteindre 1 à 1.5 m de haut. L’angustifolia est plus petite, n’atteignant en moyenne que 10 à 15 cm. La racine est pivotante. Les tiges sont droites avec des poils rugueux.  Les feuilles alternes sont d’ovales à élancées et pétiolées. Celles du purpura sont larges, pointues et dentelées. La floraison s’étale tout l’été et jusqu’en octobre. La fleur est constituée de bractées pourpres attachées à un cône hérissé de pointes brun foncé aux extrémités orangées. Les bractées de l’angustifolia sont plus étroites.

Parties utilisées

On privilégie la racine bien que certains utilisent aussi les parties aériennes.

Origine, histoire

Toutes les espèces d’échinacée sont originaires de l’Amérique du Nord, en particulier dans les grandes plaines du centre des États-Unis. On a d’ailleurs retrouvé des vestiges d’échinacée datant du 16e siècle lors de fouilles archéologiques sur des sites habités par les Sioux. L’échinacée était une plante préférée des Amérindiens des grandes plaines américaines.  Ils l’utilisaient pour soigner une foule de problèmes de santé allant des fièvres et infections respiratoires jusqu’aux morsures de serpent.

Usages traditionnels

Dans les années 30, des recherches ont débuté sur la plante jusqu’alors connue seulement comme remède homéopathique. L’échinacée est ensuite popularisée en Allemagne, puis dans toute l’Europe. Depuis les années 40, plus de 350 études scientifiques ont été conduites sur l’échinacée.

Culture, récolte et préservation

L’échinacée se multiplie par semis au printemps ou à l’automne, et par division de racines au printemps. La germination est lente et demande un traitement particulier (stratification).

L’échinacée aime un sol riche, sablonneux, frais, mais bien drainé sans compétition (désherber souvent) avec le plein soleil, bien qu’elle tolère un endroit partiellement ombragé.  On récolte les racines de 3 ou 4 ans à l’automne pour la production de teinture.

La racine d’échinacée purpura doit être utilisée fraîche tandis que l’augustifolia peut aussi être utilisée sous forme séchée.  La Commission E indique la même distinction pour les parties aériennes.

Utilités et propriétés

Médicinales : Plante immunostimulante, antiseptique, antibactérienne, antifongique, antivirale, antibiotique, analgésique, vulnéraire, antitumorale, anti-inflammatoire, antispasmodique, antiallergénique.

  • On utilise l’échinacée pour tous les types d’infections, qu’elles soient d’origine virale ou bactérienne. L’échinacée a un effet tonique sur le système immunitaire, favorisant les réactions normales de défense de l’organisme.
  • On utilisera l’échinacée de façon ponctuelle dès les premiers symptômes d’infections du système respiratoire supérieur, de rhumes, grippes ou infections des voies respiratoires, ou en cure préventive.
  • Selon plusieurs études, l’efficacité de l’échinacée diminue au bout d’environ 3 mois.
  • L’échinacée se combine bien aux antibiotiques pour hâter la guérison ou encore pour en réduire les dosages notamment dans les cas d’amygdalites et de sinusites.

Utilisations

On utilise l’échinacée sous forme de tisane, décoction, teinture et capsule. Dès les premiers signes d’une infection, on peut prendre la teinture d’échinacée, 15 à 25 gouttes, 3 à 8 fois par jour, pour un maximum d’une semaine.  Pour un traitement préventif, le même dosage sera pris qu’une seule fois par jour pour une période de 4 à 6 semaines. Le dosage pour enfant (2 à 12 ans) : 2 gouttes par année d’âge : 1 fois par jour en prévention ou 3 à 8 fois par jour au premier signe d’infection.

L’échinacée peut causer une sensation de picotement, voire d’engourdissement de la langue.  Ceci est dû surtout aux isobutylamides, des constituants de l’échinacée responsables d’une partie de ses propriétés immunostimulantes.  Ces picotements sont normaux et sans danger.

Précautions, interactions ou complémentarités

Les personnes qui prennent des médicaments antirejet suite à une transplantation d’organes, ou d’immunosuppresseurs doivent éviter la prise d’échinacée qui diminuerait l’effet de ses médicaments.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *